G-T-S

groupement terrariophille sarthois
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur G-T-S, le forum dédié aux terrariophiles Sarthois, l'alternatif....

Partagez | 
 

 LES CROCODILIENS

Aller en bas 
AuteurMessage
sandce
président
président
avatar

Messages : 494
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 39
Localisation : Torcé en vallée

MessageSujet: LES CROCODILIENS   Dim 16 Jan - 7:32








LES CROCODILIENS


Qu’ils soient caïmans, alligators, gavials ou crocodiles, ce sont tous des crocodiliens.


L'ordre des crocodiliens est divisé en 3 familles, 8 genres et 23 espèces:

Arrow les crocodilidés


Arrow les alligatoridés (alligators et caïmans)


Arrow les gavialidés (gavials)


Il y a 23 espèces différentes de crocodiles répandues dans les régions tropicales et subtropicales.
ils vivent en Amérique, en Afrique, en Australie et en Asie.

Ces 23 espèces forment 3 familles :


Arrow Les crocodilidés qui réunissent 13 espèces.
Arrow Les alligatoridés qui réunissent 2 espèces d’alligators et 6 espèces de caïmans.
Arrow Les gavialidés qui réunissent 2 espèces.


La classification:

-FAMILLES
-GENRES
-ESPÈCES
-Sous-espèces


ALLIGATORIDAE ( 4 genres, 8 espèces )

ALLIGATOR ( 2 espèces )
Alligator Mississippiensis ( ALLIGATOR AMÉRICAIN )
Alligator sinensis ( ALLIGATOR DE CHINE)

CAIMAN ( 3 espèces )
Caïman crocodilus ( CAIMAN A LUNETTES ) ( 3 sous-espèces)
C.c. apaporiensis, C.c. crocodilus, C.c. fuscus
Caïman latirostris ( CAIMAN A MUSEAU LARGE)
Caïman yacare ( CAIMAN YACARÉ)

MELANOSUCHUS ( 1 espèce )
Melanosuchus niger ( CAIMAN NOIR )

PALEOSUCHUS ( 2 espèces )
Paleosuchus palpebrosus ( CAIMAN NAIN DE CUVIER )
Paleosuchus trigonatus ( CAIMAN DE SCHNEIDER )


CROCODYLIDAE
( 2 genres, 13 espèces )

CROCODYLUS ( 12 espèces )
Crocodylus acutus ( CROCODILE AMÉRICAIN A MUSEAU POINTU )
Crocodylus intermedius ( CROCODILE D'ORÉNOQUE )
Crocodylus johnstoni ( CROCODILE DE JOHNSTON )
Crocodylus mindorensis ( CROCODILE DES PHILIPPINES )
Crocodylus moreletii ( CROCODILE DE MORELET )
Crocodylus niloticus ( CROCODILE DU NIL )
Crocodylus novaeguineae ( CROCODILE DE NOUVELLE-GUINÉE )
Crocodylus palustris ( CROCODILE DES MARAIS )
Crocodylus porosus ( CROCODILE MARIN ou INDO-PACIFIQUE )
Crocodylus rhombifer ( CROCODILE DE CUBA )
Crocodylus siamensis ( CROCODILE DU SIAM )
Crocodylus cataphractus ( CROCODILE A MUSEAU ALLONGE )

OSTEOLAEMUS ( 1 espèce )
Osteolaemus tetraspis ( CROCODILE NAIN )


GAVIALIDAE ( 2 genres, 2 espèces )

GAVIALIS ( 1 espèce )
Gavialis gangeticus ( GAVIAL DU GANGE)

TOMISTOMA ( 1 espèce )
Tomistoma schlegelii ( FAUX-GAVIAL )



Certains détails les différencient distinctement :

Arrow Chez les crocodiles, la 4ème dent de la mâchoire inférieure dépasse quand leur gueule est fermée.

Arrow Chez les alligatoridés aucune dent de la mâchoire inférieure n’apparaît quand leur gueule est fermée.

Arrow Chez les gavials, leurs museau est long, fin et cylindrique.

D’autres critères existe pour les différencier telles que l’anatomie interne ou l’étude des spécimens disparus et fossilisés.

Les premiers crocodiliens sont apparus à l’ère secondaire il y a plus de 200 millions d’années, mais leur apparence actuelle existe depuis 65 millions d’années. Ils ont d’ailleurs survécu aux dinosaures pour une raison encore méconnue des scientifiques.
Ils sont ovipares et, curieusement, leur analyse génétique nous prouve qu’ils sont plus proches des oiseaux que des lézards ou des serpents.


Anatomie générale du crocodilien :


Taille variant de 1,50 à 6 mètres.
Peau épaisse protégée par des écailles (ostéodermes).
Mâchoires pouvant exercer une pression à la fermeture au cm²de 1350 kg.
Dents coniques servant à la perforation et la rétention des proies.




Les sens du crocodilien :

Les crocodiles sont bien adaptés au milieu aquatique : les narines, oreilles et yeux sont regroupés au sommet du crâne. Ainsi demeurent-ils à l’affût, dans l’eau, tous sens en éveil, quasi invisibles. Leurs yeux perçoivent les couleurs et sont recouverts par trois paupières.
Ils ont une bonne vue de nuit, mais, étrangement , sous l’eau, les crocodiliens ont une vision relativement faible. Quand le crocodile est en plongée, l’oeil est protégé par une paupière transparente, les narines sont fermées hermétiquement par un muscle.
L’oreille, située derrière l’oeil, est protégée par une grosse écaille. L’ouïe et l’odorat sont aussi très développés chez le crocodile.

Les crocodiliens et le soleil :

Ils apprécient beaucoup la chaleur. Celle-ci leur permet d’emmagasiner de l’énergie mais si cette chaleur dépasse les 35°, les crocodiliens se rafraîchissent dans l’eau ou à l’ombre.
Comme tous les reptiles, les crocodiliens ont le sang froid. Ils ne savent donc pas élever la température de leur corps en produisant de la chaleur. Ils dépendent par conséquent de leur environnement pour maintenir leur corps à la bonne température.C'est pour cette raison qu'on les trouve surtout dans les pays chauds. Lorsqu'ils sont actifs, ou lorsqu'ils s'exposent au soleil, leur température monte. Les crocodiliens gardent généralement la gueule ouverte lorsqu'ils ont trop chaud , afin de laisser la chaleur s'échapper. En effet,ils ne peuvent pas transpirer. Quand leur température corporelle dépasse la normale, ils doivent rester immobiles, se reposer à l'ombre ou se réfugier dans l'eau.
En effet la température est très importante pour le crocodilien. Comprise entre 27° et 33° elle favorise une bonne digestion, une croissance plus rapide et une guérison sans infections s’ils sont blessés.
A l’inverse, trop de chaleur (42°) ou pas assez ( 5°) peut entraîner la mort.

Dans l'eau:

Quand ils sont dans l'eau, les crocodiliens sont difficiles à repérer. On les prend très souvent pour des bouts de bois dérivant à la surface de l'eau. Leurs yeux et leurs narines proéminentes émergent, leur permettant donc de voir et de respirer. Ils se déplacent dans l'eau par des battements horizontaux de leur queue puissante et aplatie latéralement. Quand un danger se présente, ils plongent rapidement d'un mouvement brusque de leurs pattes postérieures palmées.

Sous l'eau, les crocodiliens gardent leurs narines et leurs oreilles fermées. Une membrane spéciale recouvre leurs yeux et les protège pendant les plongées. L'animal est capable de retenir sa respiration plus d'une heure.





L’agilité des crocodiliens :

Les crocodiles, animaux amphibiens, sont d’abord d’excellents nageurs. Ils plaquent leur pattes au corps et se servent de leur puissante queue pour "glisser" dans l’eau. Les pattes arrières palmées leur permettent de se stabiliser et changer de direction ou de se freiner dans l’eau. Toutefois, sur terre, ils se déplacent à une moyenne de seulement 3 kilomètres par heure et se fatiguent très vite. Mais certaines espèces peuvent atteindre des pointes de vitesse avoisinant les 18 kilomètres par heure mais sur de très courtes distances.

La communication chez les crocodiliens :


Ils sont les seuls reptiles à posséder une gamme de sons qui leur permettent de communiquer : les petits appellent leurs mères, certains grognent en se croisant. Les adultes sont très sensibles et très agressifs à l’entente d’un cri de détresse de la part d’un nouveau né.
http://www.safari-photo.org/sons/crocodiles-c.wav
Les alligators, au moment de la cour nuptiale, émettent un cri de faible intensité, audible à quelques mètres, ressemblant à une toux. Le plus souvent, on peut les observer communiquant au moyen de claquements de mâchoires. La communication ainsi que la posture adoptée par les crocodiliens sont aussi une expression du statut social de chaque individu. Pour exemple, un crocodile nageant en surface impose sa domination aux autres crocodiles plus faibles.


La reproduction des crocodiliens :

Ce sont les femelles qui prennent l’initiative de la parade nuptiale, n’hésitant pas même à s’accoupler avec plusieurs mâles.
L’accouplement a toujours lieu dans l’eau. On peut alors assister à de nombreux rituels comme les vocalisations, la nage en cercle, les chevauchements, les frottements de têtes et la production de bulles. Ils sont ovipares et la femelle pond ses oeufs dans le sable ou dans un nid constitué de débris végétaux en forme de monticule.
La femelle peut pondre selon les espèces de 10 à 90 oeufs. Elle ne les couve pas mais reste à proximité pour les protéger. L’incubation des oeufs se produit à des températures entre 27° et 34 °C. Elle varie aussi selon les espèces entre 60 et 100 jours. Les petits mesurent 20 à 30 cm pour un poids de 50 à 80 grammes.
Aujourd’hui, on sait que la température d’incubation influence le sexe des futurs crocodiliens (exemple : chez les alligators et les caïmans, les basses températures engendrent la naissance de femelle).
Les oeufs et les nouveaux nés sont souvent les proies de nombreux prédateurs, même parmi les crocodiliens eux-même.





Les petits crocodiles dans l’oeuf sont munis d’une protubérance au bout de leur gueule qui leur permet de briser la coquille très solide de leur oeuf. Il arrive, lors des premières pontes, que cette "dent" ne se soit pas calcifiée et que le petit crocodile meurt étouffé dans son oeuf.






Comment sexer un crocodilien:

Il est difficile de dire si l'un de vos crocodiliens est de sexe masculins ou féminin, juste en les regardants. Habituellement, la meilleure indication est la taille! les mâles son plus grand que les femelles pour toutes les espèces de crocodilien, et ainsi un individu très grand à de grande chance d'être un mâle.
Chez quelques espèces, les femelles peuvent avoir des museaux plus étroits, et un corps plus mince, mais de tels traits sont des indicateurs trop insuffisant pour être affirmatif sur le sexe de votre animal.

Chez les plus grands crocodiliens, la forme du cloaque peut être un bon indicateur de sexage.
Les femelles tendent à avoir de plus petits, plus étroits et plus plats cloaque tandis que les mâles en ont un plus grand, plus large et plus convexe.
Cette différence est due à la plus grande élasticité du passage chez les mâles qui est nécessaires pour permettre l'éversion du pénis pendant la reproduction.


femelle

male

Cependant, les différences évidentes dans ces photos sont rarement si définies.

Il n’y a qu’une seule manière pour être sur à 100%! C'est en regardant à l'intérieur de l’orifice génital.

Pour être certain du sexe d'un crocodilien, vous devez sentir ou voir le pénis (mâle) ou le clitoris (femelle). Chez de grands animaux, c'est très facile (les photos montrent qu'il n'y a aucun doute possible entre un mâle et une femelle.


femelle

male

Chez de plus petits animaux, cela exige beaucoup plus d’expérience et de compétence pour le faire correctement et ne pas faire d'erreur.

Le procédé réel chez de grands animaux implique d'insérer un doigt dans le passage et de sentir l'organe génital.
N'ayez pas peur pour pousser votre doigt d'une manière quelconque! vous ne nuirez pas à l'animal.
Le mâle à un pénis simple et très évident avec une tête charnue et un axe cartilagineux. Il provient du bout du cloaque directement devant le passage du côté du ventre et se courbe vers l'arrière ainsi l'axe et la tête se trouve directement sous l'ouverture de passage.
Ainsi, si vous sentez un tube légèrement mou et cylindrique avec une extrémité charnue, vous avez un mâle. Les femelles ont un clitoris au même endroit qui est tout à fait semblable dans la forme au pénis du mâle, mais il est beaucoup plus petit et non cartilagineux. À moins que vous soyez expérimenté, il peut être possible de confondre le clitoris avec un petit pénis chez de plus jeunes animaux, bien que la distinction soit habituellement claire avec des mâles plus grands.

Bien que ce procédé ne nuise pas à l'animal si exécuté correctement, les crocodiliens s'opposent généralement à ces manipulation.
Par conséquent, l'animal devra être retenu par une deuxième personne pendant toute l’opération de sexage.

Sexe d'un caïman mâle adulte


Pour sexer les juvéniles Il y a deux méthodes généralement utilisées :

Pour la première méthode:
, vous avez besoin d'une paire de pince émoussé. On utilise cette dernière avec une extrême prudence .
On écarte le cloaque pour voir vers le bas à l'intérieur du cloaque.
Aider d’un assistant , il faudra tenir l'animal le dos en appuis sur une table de soin.
Pour éviter qu'il se débate et risque de se blessé (la force d’un crocodilien, même juvénile est surprenante). Avec les doigts, séparez les lèvres du cloaque.
Introduire le bout de la pince chirurgicale légèrement couverte de vaseline.
Une fois a l'intérieur ( pas plus de 5 à 10 millimètres), ouvrir lentement et doucement le forceps vers le haut, qui devrait écarter le passage.



Vous devriez pouvoir voir vers le bas à l'intérieur du cloaque. Ce sera rose et obscur à l'intérieur, là vous recherchez ce qui s'appelle le "cliteropenis"! Il s'appelle ainsi parce que le pénis du mâle et le clitoris de la femelle sont relativement semblables d’aspect.
Quand c’est un mâle, cette appendice est plus grande, plus longue, plus tubulaire et à une tête plus arrondie, comparée à la structure de la femelle (qui à une base légèrement plus triangulaire).
Puisque le pénis du mâle est légèrement plus long, il est légèrement plus facile à repérer que sur la femelle.

Pendant qu'il se développe, le pénis du mâle se prolonge vers le bas et se repose directement à l'intérieur de l'ouverture du passage. Une fois que le mâle à atteint 6-12 mois la simple bosse sur le cloaque devrait indiquer le pénis cacher à l'intérieur. Certains disent que le pénis à le bout légèrement plus foncé que le clitoris.

Quand l'animal devient plus grand, sexer l'animal est beaucoup plus facile, le pénis du mâle se développe beaucoup plus rapidement que le clitoris de la femelle, ainsi la différence dans la taille et la forme entre les deux devient de plus en plus évidente. Il faut faire attention, parce que souvent il y à beaucoup de chevauchement entre la taille du pénis et la taille du clitoris, quelques femelles sub-adulte peuvent de temps en temps avoir un clitoris légèrement plus grand que le pénis des mâles plutôt malheureux de la même taille, mais naturellement chez de plus grands animaux ce chevauchement disparaît.

Méthode deux ,l’everssion:
Cette deuxième méthode peut seulement être employée avec de jeunes crocodilien! cela ne fonctionne pas avec des animaux plus vieux et plus grands. Ceci doit être fait très soigneusement, sans appliquer une quantité excessive de pression, autrement vous blesserez l'animal. Bien que vous puissiez faire ceci par vous-même, il est beaucoup plus facile avec une deuxième personne pour vous aider.


Les images illustrent le procédé. Il faut être très doux avec l'animal! n'appliquez pas trop de pression en pliant la queue ou en serrant les côtés du cloaque. Pour ne pas blesser les juvéniles, ils sont fragile et doivent être manipuler avec soin.

Tenir l'animal à l'envers dans une main (cela à pour but de détendre le crocodilien). L'autre main est maintenant libre pour plier délicatement la queue et pour écarter le passage.
Ne pliez pas la queue trop loin sous peine de blessé gravement le reptile. Après, à l'aide de votre pouce et de votre index, tirez le passage indépendamment de l'un ou l'autre côté, et puis appliquez une pression sur l'un des côtés. Cette technique demande un peu de pratique (avec une deuxième personne tenant l'animal vous pouvez utiliser les deux mains c’est bien plus facile).
Quand la pression exercer et l'écartement est suffisant, le pénis du mâle sort à l'extérieur du cloaque. Si vous ne voyez pas de cliteropenis évident comme sur la photo c'est que vous avez une femelle.





femelle



Dernière édition par sandce le Ven 21 Jan - 22:33, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cd-reptiles.over-blog.com
 
LES CROCODILIENS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
G-T-S :: INFORMATION :: fiches d'élevage-
Sauter vers: